Pharmacien Manager n° 134 du 23/01/2014
 

RUPTURE DE CONTRAT DE TRAVAIL

Pratiques management

en bref

Fabienne Rizos-Vignal


Après son absence pour maternité, une salariée réintègre son poste mais se retrouve sous les ordres d’un collaborateur qu’elle encadrait. Elle s’estime victime d’une rétrogradation, prend acte de la rupture de son contrat de travail aux torts de l’employeur puis saisit les prud’hommes pour que la rupture soit requalifiée en licenciement sans cause réelle et sérieuse. Elle réclame 30 000 euros. Elle obtient gain de cause. Mais la Cour de cassation considère que travailler sous la supervision d’un ancien subordonné ne constitue pas une rétrogradation dès lors que ni la qualification, ni les fonctions, ni les responsabilités de la salariée n’ont été réduites (Cass. soc., 3 juillet 2013, n° 12-18.111). Repère : pour prendre acte de la rupture, il suffit au salarié de notifier à son employeur qu’il rompt le contrat de travail en raison ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Abonnez-vous à Pharmacien manager, la revue pour décider, entreprendre et vendre.


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...