Le Moniteur des pharmacies n° 3203 du 09/12/2017
 

Expertise

Autour du médicament

ANNE DROUADAINE 


Le cas d’un Français âgé de 51 ans infecté par le VIH depuis 1995 et traité pour un cancer du poumon non à petites cellules vient d’être documenté dans Annals of oncology. A la suite d’une récidive, le patient a été traité avec du nivolumab (Opdivo), anticancéreux de deuxième ligne, anti-PD-1. Traité par Tivicay (emtricitabine, ténofovir et dolutégravir), le patient a vu sa charge virale indétectable (‹ 20 copies/ml) croître jusqu’à atteindre 105 copies/ml au 45e jour de traitement par nivolumab. La charge virale est ensuite redescendue. Ces données suggèrent que le nivolumab a entrainé chez ce patient un effet « shock and kill » correspondant ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Enquête flash

Pensez-vous que le conseil soit de qualité dans les officines ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK