Le Moniteur des pharmacies n° 3198 du 11/11/2017
 

Expertise

Autour du médicament

YOLANDE GAUTHIER 


Des chercheurs de l’université de Hong-Kong appellent à la prudence lors de la prescription au long cours d’inhibiteurs de la pompe à protons (IPP). Dans une étude rétrospective menée sur près de 64 000 personnes ayant été traitées pour éradication d’Helicobacter pylori et suivies pendant une durée médiane de 7,6 ans, ils ont observé que le risque de développer un cancer gastrique était multiplié par 2,4 chez les patients qui continuaient à prendre un IPP après éradication, par rapport à ceux qui étaient passés sous anti-H2 (aucune élévation du risque). Le risque était en outre 4,5 fois plus élevé en cas de prise quotidienne d’un IPP. La durée de consommation est également en cause : multiplication du risque par 5 après un an de traitement, par 6,6 après 2 ans ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Enquête flash

Pensez-vous que le conseil soit de qualité dans les officines ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK