Le Moniteur des pharmacies n° 3197 du 04/11/2017
 

Expertise

Dialogue

MATTHIEU DRUEL 

L’autosurveillance tensionnelle est un outil diagnostic et un facteur d’amélioration d’observance du traitement antihypertenseur. Une mauvaise utilisation des appareils d’automesure peut cependant donner des résultats erronés et entraîner une inquiétude chez le patient. Quelques questions et un conseil avisé suffisent.

1 Pour qui est-ce ? FABIENNE, 56 ANS : Il me faudrait un autotensiomètre, s’il vous plaît. LE PHARMACIEN : C’est pour vous ? – Non, c’est pour mon père. Il a plein de soucis de santé en ce moment et il est un peu confus. – Pensez-vous qu’il soit capable de l’utiliser convenablement ? Est-ce que vous pourriez faire les mesures avec lui ? L’autosurveillance est inappropriée chez le patient incapable de respecter les consignes d’utilisation. Pour les personnes non autonomes ou souffrant de troubles cognitifs, la participation d’une tierce personne est nécessaire. En outre, les appareils ne sont pas validés chez l’enfant, qu’il soit en âge ou ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Enquête flash

Pensez-vous que le conseil soit de qualité dans les officines ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK