Le Moniteur des pharmacies n° 3192 du 30/09/2017
 

Expertise

Questions de comptoir

PROPOS RECUEILLIS PAR DELPHINE GUILLOUX 


Pour survenir, le choc toxique menstruel nécessite à la fois la présence d’une souche particulière de Staphylococcus aureus produisant la toxine pathogène TSST-1 et la stase intravaginale du sang menstruel à 37 °C. Il faut savoir que Staphylococcus aureus fait partie de la flore vaginale normale et que la souche produisant la toxine pathogène est présente chez environ 4 % des femmes. Les connaissances actuelles ne nous permettent pas de prédire l’évolution des souches de S. aureus au cours de la vie : il y a probablement des porteuses permanentes et des porteuses transitoires, et la possibilité de changement de souche est difficile à dire. Les coupes menstruelles et les tampons sont incriminés dans le déclenchement du choc toxique dans la mesure où ils entraînent une stase du sang menstruel. Je ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Enquête flash

Pensez-vous que le conseil soit de qualité dans les officines ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK