Le Moniteur des pharmacies n° 3189 du 09/09/2017
 

Expertise

Dialogue

MATTHIEU DRUEL ET ALEXANDRA BLANC 

Les antihistaminiques de première génération sont actuellement peu utilisés dans le traitement des allergies. En revanche, leur action sédative et anticholinergique est mise à profit dans d’autres indications. Un usage sécurisé nécessite de poser les bonnes questions.

1 Pour quel usage ? – UN JEUNE HOMME, 20 ANS : Bonjour, une boîte de Phénergan. LE PHARMACIEN : Qu’est-ce qu’il vous arrive ? – Euh… c’est pour ma mère. Elle fait des allergies. L'usage récréatif des antihistaminiques H1 (notamment la prométhazine) ainsi que des antitussifs opiacés a fait récemment l’actualité. Ces derniers sont désormais soumis à prescription médicale. Toute demande d’anti-H1 émanant d’un jeune doit conduire à entamer un dialogue pour s’assurer de la bonne utilisation du produit. Les risques d’un mésusage peuvent être rappelés (désorientation, arythmie cardiaque, convulsions, dépression respiratoire, coma jusqu’à la mort). Un refus de délivrance est nécessaire devant toute impossibilité de dialogue. 2 ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Enquête flash

Votre rémunération a-t-elle baissé en 2017 ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK