Le Moniteur des pharmacies n° 3188 du 02/09/2017
 

Temps Forts

Ouverture


Les professionnels de santé ont tendance à moins déclarer les symptômes de moindre gravité que les patients, selon une étude comparative française publiée dans Thérapie. Ainsi, parmi les déclarations d’effets indésirables émanant des professionnels de santé, 88 % concerneraient un effet indésirable grave (décès, hospitalisation, invalidité permanente, mise en jeu du pronostic vital, etc) contre 31 % pour les déclarations des patients. Les auteurs recommandent d’encourager les notifications des patients, afin de « refléter l’utilisation en pratique des médicaments ».

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Enquête flash

Pensez-vous que le conseil soit de qualité dans les officines ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK