Le Moniteur des pharmacies n° 3187 du 26/08/2017
 

Expertise

Phytothérapie

CHANTAL OLLIER 

De l’oranger amer, la phytothérapie utilise la fleur, la feuille et le péricarpe du fruit. Seule la feuille est étudiée ici.

DESCRIPTION Arbuste de 5 mètres de haut au tronc ramifié et aux branches épineuses, l’oranger amer ou bigaradier est résistant et sert de porte-greffe à la plupart des Citrus. Les feuilles persistantes, coriaces, entières, de forme elliptique, ont un pétiole articulé et ailé. Les fleurs blanches, très odorantes, donnent une baie, plus petite que l’orange douce, à suc acide et amer (orange de Séville). PRINCIPAUX CONSTITUANTS Flavonoïdes (minimum 0,8 %) : néohespéridine, ériocitrine, naringine, rhoifoline, néoériocitrine, néodiosmine (hétérosides de flavanones). La présence d’un sucre, le néohespéridoside (disaccharide), est responsable du goût amer. Huile essentielle (0,2 à 0,4 % du poids frais) : linalol (36 à 58 %), acétate de linalyle ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Enquête flash

Pensez-vous que le conseil soit de qualité dans les officines ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK