Le Moniteur des pharmacies n° 3185 du 08/07/2017
 

DÉPENDANCE À L’ALCOOL

Expertise

Ouverture

YOLANDE GAUTHIER 


La CNAMTS (Caisse nationale d’Assurance maladie des travailleurs salariés) et l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament) ont étudié les usages et la sécurité du baclofène sur la période 2009-2015. 77 % des prescriptions ont été effectuées hors indication neurologique. Parmi elles, 1 400 ont concerné des doses comprises entre 180 et 300 mg/jour, et 935 ont concerné des doses supérieures à 300 mg/jour. 55 % des patients ont eu une seule délivrance de baclofène, et au final plus de 80 % ont arrêté définitivement le traitement au cours des six premiers mois d’utilisation. Par rapport aux autres traitements de l’alcoolodépendance (acamprosate/Aotal, disulfirame/Espéral, nalméfène/Selincro, naltrexone/Revia), l’étude met en évidence un lien entre l’utilisation du baclofène et une augmentation du risque d’hospitalisation et de décès. Avec des doses de baclofène inférieures ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Enquête flash

Votre rémunération a-t-elle baissé en 2017 ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK