Le Moniteur des pharmacies n° 3173 du 15/04/2017
 

PRÉSIDENTIELLE

Temps Forts

Enquête

LOAN TRANTHIMY   

Si la santé figure en bonne position dans le débat politique, les onze candidats à l’élection présidentielle 2017 restent peu inspirés dans leurs propositions concernant la pharmacie. Deux consensus semblent se dégager de la plupart des programmes : la dispensation à l’unité et les déserts médicaux.

Les onze candidats sont peu bavards sur le rôle des pharmaciens dans le système de santé. Lorsque la question est posée à leurs conseillers, tous sont unanimes pour dire que le pharmacien dispose de nombreux atouts : confiance des Français, rôle essentiel dans les soins de proximité. Il n’y a rien dans les programmes pour casser le monopole, ouvrir le capital officinal ou encore vendre les médicaments dans les grandes surfaces. Mais dans la foire aux idées, un début de consensus se dégage sur la dispensation à l’unité. A l’exception de François Fillon, Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, Emmanuel Macron, Marine Le Pen et même Philippe Poutou (lire la synthèse des propositions des candidats pp. 18-19) sont favorables à cette solution pour faire des économies : 700 millions pour Emmanuel Macron ou encore 2 milliards ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Enquête flash

Pensez-vous que le conseil soit de qualité dans les officines ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK