Le Moniteur des pharmacies n° 3165 du 26/02/2017
 

ÇA N’ARRIVE PAS QU’AUX AUTRES

Stratégies

Vos droits

FRANCK L’HERMITTE 

Le licenciement pour faute peut être justifié par une faute grave ou lourde. Celles-ci se distinguent par l’intention de nuire du salarié. C’est ce que rappelle la Cour de cassation dans une décision du 8 février 2017.

LES FAITS Le 29 novembre 2005, Monsieur X. expert-comptable, est licencié pour faute lourde par la société B. A la suite d’une augmentation brutale et biannuelle des tarifs de son employeur, Monsieur X. a tenu des propos remettant en question le bien fondé de cette politique tarifaire auprès de la clientèle. Le salarié conteste son licenciement devant les tribunaux. LE DÉBAT La faute lourde est définie comme « une violation des obligations du salarié d’une importance telle qu’elle rend impossible le maintien du salarié dans l’entreprise, même pendant la durée du préavis ». Le salarié commet une faute lourde s’il a violé ses obligations avec ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Enquête flash

Pensez-vous, compte tenu de l’évolution du métier, que les services, nouvelles missions et activités spécialisées de l’officine prendront l’ascendant sur le médicament lui-même ?

Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...