Le Moniteur des pharmacies n° 3153 du 01/12/2016
 

Temps Forts

Ouverture


Selon l'Institut de recherche et documentation en économie de la santé (Irdes), les pouvoirs publics de l’Australie, du Canada, de la France, de la Nouvelle-Zélande et du Royaume-Uni subissent une pression croissante (médecins, labo, médias…) pour ne plus financer les médicaments à faible valeur thérapeutique. Face à l’augmentation des dépenses de santé, ce choix semble nécessaire pour dégager une marge de manœuvre en faveur de nouveaux produits à l’efficacité reconnue. Pour la France, l’Irdes justifie son analyse en évoquant la procédure de mise sous accord préalable au remboursement pour les hypocholestérolémiants rosuvastatine et ézétimibe ou encore les baisses de remboursements.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...