Le Moniteur des pharmacies n° 3145 du 06/10/2016
 

Expertise

Questions de comptoir

L’INTERVIEW

ISABELLE REYNAUD, KINÉSITHÉRAPEUTE, CONSULTANTE EN SPORT ET RESPONSABLE COMMUNICATION ET ENSEIGNEMENT AU SEIN DE SPORT ET SPÉCIFICITÉS FÉMININES ASSOCIATION.

PROPOS RECUEILLIS PAR PAULINE ORBAN 


Il existe aujourd’hui une classification des sports à risque d’incontinence urinaire à l’effort. Ce sont les sports à fort impact périnéal dont la pratique entraîne une augmentation importante de pression intra-abdominale avec une répercussion sur la sangle périnéale devenant hypotonique. C’est le cas de l’athlétisme, de la GRS (gymnastique rythmique), de l’équitation, mais aussi de tous les sports de balle comme le volley-ball, le handball ou le basket. A lui seul, le trampoline est responsable de 80 % des fuites urinaires. Dans les enquêtes sur le sport féminin, on retrouve 95,5 % de fuites pendant les entraînements contre 51,20 % en compétition. Les entraînements, trop intensifs, ont toujours été pensés par et pour des hommes et non en fonction de l’anatomie féminine. Toutes les femmes sont concernées dès l’âge ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...