Le Moniteur des pharmacies n° 3139 du 20/08/2016
 

VOS RÉACTIONS

Vous avez la parole

Vous avez la parole


« (…) Je refuse qu'un pharmacien fasse jouer sa clause de conscience parce qu'il est de telle ou telle croyance ou secte. Je refuse qu'au prétexte de clause de conscience, un pharmacien refuse une pilule du lendemain ou une délivrance dans le cadre de soins palliatifs. (…) Je n'accepte pas non plus d'être le sous-fifre du médecin, j'ai mon mot à dire et si je suis en désaccord avec sa prescription, je dois l'en informer (même si je me heurte à lui) avec des arguments basés non sur ma conscience, mais sur la science. Je me répète, mais l'égalité passe par une science commune à tous les professionnels de santé (…)» Actualité publiée le 18   juillet 2016 sur lemoniteurdespharmacies.fr

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...