Le Moniteur des pharmacies n° 3136 du 02/07/2016
 

MÉSUSAGE

Expertise

Autour du médicament

YOLANDE GAUTHIER 


Des cas d’utilisation abusive à des fins récréatives ont été signalés depuis 2010 avec la prégabaline (Lyrica et génériques). Le dernier bilan du suivi national d’addictovigilance fait état de « deux types de signaux ». Le premier est un détournement des prescriptions, avec falsifications d’ordonnance et nomadisme médical et/ou pharmaceutique. Le second est une augmentation de l’utilisation de la prégabaline par des sujets à risque (traités par des médicaments de substitution aux opiacés ou qui présentent des antécédents d’abus), pouvant déboucher sur une consommation non thérapeutique. L’ANSM demande à nouveau aux médecins de surveiller tout signe de mésusage, abus ou dépendance (développement d’une tolérance, augmentation des doses, comportement de recherche du médicament…), particulièrement en cas d’antécédents de toxicomanie. Pour mémoire, la posologie usuelle de la prégabaline varie de 150 à 600 mg ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...