Le Moniteur des pharmacies n° 3136 du 02/07/2016
 

Expertise

Formation

ALEXANDRA BLANC 

Lors d’une trop longue ou trop forte exposition à la chaleur, l’administration de certains médicaments est à prendre en considération pour limiter les risques de déshydratation et la survenue ou l’aggravation d’un coup de chaleur.

Généralement, un médicament bien utilisé ne constitue pas à lui tout seul un risque. D’autres facteurs de vulnérabilité sont à prendre en compte : l’âge (enfants et personnes âgées), une pathologie chronique, la dépendance et l’isolement social. La première étape consiste à dresser la liste des médicaments, prescrits ou d’automédication, pris par les patients vulnérables, identifier les médicaments à risque et alerter le médecin traitant. L’adaptation d’un traitement est envisagée au cas par cas après une évaluation clinique et biologique. Vérifier que les apports hydriques et sodés sont suffisants. Recommander de ne prendre aucun médicament en automédication : par exemple, la prise d’AINS, particulièrement néphrotoxique en cas de déshydratation, est à éviter.  ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...