Le Moniteur des Pharmacies n° 3129 du 21/05/2016
 

Expertise

PHYTOTHÉRAPIE

Chantal Ollier

L’écorce et la graine du marronnier d’Inde sont utilisées dans les troubles circulatoires d’origine veineuse. Seule la graine a fait l’objet d’études cliniques justifiant un usage bien établi.


DESCRIPTIONSpontané dans les Balkans, le marronnier d’Inde est un arbre ornemental remarquable par sa taille (jusqu’à 30 m de haut), ses feuilles opposées composées en forme de palme et ses fleurs odorantes réunies en thyrses coniques à l’extrémité des rameaux. Le fruit est une capsule épineuse renfermant 1 à 3 graines globuleuses à tégument marron luisant avec un hile sous forme d’une large tache blanchâtre (marrons d’Inde). COMPOSITION • Æscine (minimum 3 %) : mélange de 30 saponosides triterpéniques. • Flavonoïdes (0,3 %) : hétérosides de la quercétine et du kaempférol. • Tanins de type procyanidol B-2. • Amidon (50 à 60 %). • Huile grasse (2 à 3 %). MÉCANISME D’ACTION • Le marron d’Inde se montre anti-inflammatoire et anti-œdémateux. Il augmente le tonus veineux et la contractilité de la veine, diminue la perméabilité capillaire. • Le mécanisme d’action est incertain : augmentation de la synthèse de PGF2α (veinotonique), inhibition de la libération ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...