Le Moniteur des Pharmacies n° 3128 du 14/05/2016
 

Temps forts

INSTANTANÉS

L. Tranthimy*, A. Drouadaine**, Y. Gauthier***, A.-C. Navarro****, M. Vandendriessche*****


Le 6 avril 2016, le tribunal administratif de Clermont-Ferrand a condamné l’Etat pour non transposition de la directive européenne du 4 novembre 2003. Cette dernière prévoit que « tout travailleur bénéficie d’un congé annuel payé d’au moins quatre semaines », quelle que soit la durée du travail effectif. Or la réglementation française n’est pas conforme à ce texte. En effet, selon le Code du travail, « le salarié en arrêt de travail pour maladie d’origine non professionnelle n’acquiert pas de jours de congé, sauf si la convention collective le prévoit ». A l’officine, les salariés en arrêt maladie acquièrent des congés à hauteur de 15 jours maximum. L’Etat devait mettre en conformité la législation avec cette directive, ce qu’il n’a pas fait. C’est pourquoi, le tribunal administratif l’a condamné à verser à un salarié une indemnité ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...