Le Moniteur des Pharmacies n° 3127 du 07/05/2016
 

Services

DROIT d’EXPRESSION

Anne-Charlotte Navarro

Le service Moniteur Expert donne cette semaine la parole à Dan Nahum, avocat au sein du cabinet ADN, spécialiste du droit du travail appliqué à l’officine. Il revient sur la question de la clause de conscience.


Un pharmacien peut-il objecter une clause de conscience pour refuser de délivrer la pilule du lendemain à une adolescente ? Une pharmacienne adjointe refuse à plusieurs reprises de délivrer la pilule du lendemain à une jeune fille, préférant laisser une préparatrice traiter la demande. Pour justifier son refus, elle invoque sa liberté religieuse et son engagement antiavortement. Son titulaire a procédé au licenciement devant les plaintes des patientes (dignité, discrétion et anonymat non respectés), décision contestée par ladite adjointe devant les tribunaux.La liberté religieuse peut-elle l’emporter sur la nécessité de protection de la santé publique ? Le conseil de prud’hommes de Paris (25 janvier 2016) ne lui a pas donné raison. Le principe est que tout praticien (médecins, sages-femmes, pharmaciens) a le devoir de délivrer les médicaments prescrits.Il existe néanmoins des exceptions prévues pour les ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...