Le Moniteur des Pharmacies n° 3126 du 30/04/2016
 

Édito

Laurent Lefort


Les bonnes pratiques envisagées dans les deux projets d’arrêtés relatifs à la vente en ligne de médicaments créent un régime discriminatoire par rapport aux conditions exigées pour la vente au comptoir. » Autrement dit, pour l’Autorité de la concurrence, qui s’est exprimée mardi 26 avril sur le sujet, il faudrait niveler par le bas le niveau d’exigence requis sur la Toile par le ministère de la Santé. C’est une façon comme une autre d’apporter une réponse à une question essentielle puisque d’ordre qualitatif. Mais ce n’est en aucun cas « la » solution irréfutable. On peut aussi, sur le sujet, raisonner à l’inverse de l’Autorité, et se battre pour augmenter le niveau d’exigence requis… pendant la relation de conseil « humanisée ». Comme par exemple formaliser par écrit l’intervention pharmaceutique oralisée. Seulement voilà, c’est bien beau ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...