Le Moniteur des Pharmacies n° 3122 du 02/04/2016
 

CESSION

Services

TRANSACTIONS

François Pouzaud

Bon nombre de titulaires travaillent avec leur conjoint, employé comme salarié de l’entreprise. Lors de la cession, il est rare que ce conjoint reste dans l’officine. Il faudra donc envisager sa sortie sous trois formes: la démission, le licenciement ou la rupture conventionnelle.


Dans une cession, le successeur ne reprend pas le conjoint salarié », constate Christian Hayaud, transactionnaire au cabinet Villard. Logique. Comme l’explique Hervé Ferrara de Pharmacessions, « l’acquéreur n’y tient pas car, en conservant le conjoint de l’ex-titulaire, il a le sentiment de ne pas être complètement maître chez lui. Par ailleurs, si la cause de transmission est un départ à la retraite, le conjoint ayant souvent le même âge que le cédant aspirera également à faire valoir ses droits à la retraite. » Dans la grande majorité des cas, le sort du conjoint salarié se règle par une démission ou une rupture conventionnelle. « Le vendeur ne peut pas imposer à son acquéreur de licencier son conjoint, afin qu’il puisse toucher des indemnités de chômage. Une telle demande risque de choquer le repreneur alors ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...