Le Moniteur des Pharmacies n° 3119 du 12/03/2016
 

RACHAT DE CLIENTÈLE

Transactions

François Pouzaud

Les rachats de clientèle ont la faveur des pharmaciens. Leur nombre ne cesse de croître car l’indemnisation à verser au pharmacien qui ferme son officine est beaucoup moins chère que le prix d’achat d’un fonds, surtout quand elle est mutualisée.


Le rachat de clientèle peut intervenir à l’initiative d’un – c’est le cas le plus fréquent – ou de plusieurs pharmaciens d’une même commune, qui ont un intérêt commun à voir disparaître un point de vente. « De plus en plus fréquemment, ce type d’opération est mis en œuvre pour fermer une officine placée en redressement ou en liquidation judiciaire », remarque Annie Cohen-Wacrenier, avocate du cabinet ACW conseil. Mais, dans ce cas précis, le rachat de clientèle peut être en concurrence avec une offre de rachat du fonds. Le juge du tribunal étant soucieux de sauvegarder l’entreprise et les emplois, les pharmaciens souhaitant racheter la clientèle devront faire l’offre la mieux-disante – retenue préférentiellement pour désintéresser les créanciers ayant un nantissement sur le fonds – et s’engager à reprendre les salariés de la pharmacie dont ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...