Le Moniteur des Pharmacies n° 3118 du 05/03/2016
 

Comptoir

QUESTIONS DE COMPTOIR

Pauline Orban


Réponse : Due à un déséquilibre entre la production de salive et la quantité de salive avalée, les causes d’une sialorrhée sont souvent mal définies et rendent la mise en place d’un traitement d’autant plus complexe. Dans certains cas, des molécules anticholinergiques type scopolamine ou atropine sont prescrites. Elles peuvent bloquer de façon réversible les récepteurs muscariniques des glandes salivaires et réduire la production de salive. Dans d’autres cas, un traitement à base de béta-bloquants, comme le propanolol ou l’aténolol, peut permettre de diminuer la viscosité des sécrétions salivaires. A ce jour, la meilleure solution pour traiter une hypersalivation semble être l’injection de toxine botulique A sous visualisation échographique. Des effets indésirables peuvent cependant apparaître : difficulté de mastication, sécheresse buccale et faiblesse musculaire au niveau de la mâchoire. Une opération chirurgicale, ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...