Le Moniteur des Pharmacies n° 3106 du 05/12/2015
 

Économie

Médicaments chers

François Pouzaud

La délivrance des médicaments chers, principalement les médicaments d’oncologie, se traduit par une perte de marge substantielle entre 2014 et 2015.


Les médicaments chers restent, quoi que l’on en dise, un relais de croissance pour l’officine. Mais beaucoup moins qu’à l’hôpital. Les médicaments de spécialité, délivrés dans les établissements de santé, continuent de porter l’augmentation des dépenses de médicaments remboursés. Leurs ventes progressent encore de 4,5 % en 2015 alors que celles des médicaments délivrés en officine diminuent de 0,80 % sur les 12 derniers mois lissés (statistiques arrêtées à fin août 2015). Même si l’officine se fait damer le pion par l’hôpital sur les ventes de spécialités chères, elle profite néanmoins du dynamisme du secteur. Les trois plus gros contributeurs à la croissance sont des familles de médicaments à prix chers : les immunomodulateurs (indiqués dans la polyarthrite rhumatoïde: + 13,4 % en valeur en cumul mobile annuel à fin juillet 2015*), les anticancéreux (+ 7,2 %*) et ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...