Le Moniteur des Pharmacies n° 3102 du 07/11/2015
 

PRESCRIPTION HORS AMM

Médicaments

Y.G.


Mieux vaut s’abstenir de prescrire des médicaments hors AMM en l’absence de preuves scientifiques solides, car cette pratique augmenterait considérablement le risque de survenue d’effet indésirable. Une étude canadienne a analysé les données de 46 000 patients et plus de 151 000 prescriptions, dont 11,8 % étaient hors AMM. Les prescriptions hors AMM ont été associées à une augmentation globale de 44 % du risque d’effet indésirable par rapport aux prescriptions respectant l’AMM. Mais les chercheurs ont relevé une différence selon qu’il existait des bases scientifiques solides pour le hors-AMM (2,3 % des prescriptions) ou pas (9,5 % des prescriptions). Dans le premier cas, le risque d’effet indésirable augmente de 10 %, dans le second de 54 %.Pour expliquer cette différence, surprenante si l’on considère que les effets indésirables sont liés à la nature même des molécules actives, ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...