Le Moniteur des Pharmacies n° 3102 du 07/11/2015
 

GÉNÉRIQUES

L’événement

François Pouzaud

Les pharmaciens peuvent-ils hisser le taux de substitution au-delà des 85 %, comme le souhaite Nicolas Revel, directeur général de l’Assurance maladie ? Alors que s’ouvrent les négociations conventionnelles sur la rémunération sur objectifsde santé publique (ROSP), la profession n’y est pas opposée à condition qu’on lui en donne les moyens.


Nicolas Revel a annoncé la couleur : le nouveau dispositif de la ROSP doit permettre d’atteindre l’objectif national de substitution actuellement fixé à 85 %, voire de le dépasser (voir Le Moniteur n° 3099). Cet objectif pour 2016 est-il réaliste ? « Oui, sans hésitation », répond Gilles Bonnefond, président de l’USPO, si, visant les médecins, on arrive à recadrer les mentions « non substituable » (NS) et à appliquer le plan générique du ministère de la Santé. « Ce plan multiaction a mis le doigt sur les points de blocage qui portent sur les médecins de ville, les médecins hospitaliers et les patients. Sa mise en œuvre peut être extrêmement efficace pour emporter l’adhésion de tous », ajoute Gilles Bonnefond.Mais faire sauter ces verrous ne sera pas suffisant pour faire décoller le taux de substitution qui « stagne » actuellement à ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...