Le Moniteur des Pharmacies n° 3100 du 24/10/2015
 

Dossier

Chloé Devis

Alors qu’il doit faire face à des exigences organisationnelles toujours plus élevées et à des missions diversifiées, le back-office est sommé, plus que jamais, de laisser la vedette à la surface de vente. Heureusement, les solutions existent pour gagner de l’espace sans perdre en fonctionnalité.


La nécessité d’étoffer l’offre de produits et de services à l’officine s’est traduite ces dernières années par une augmentation de la zone client en défaveur du back-office : entre les deux, le rapport un tiers-deux tiers s’est inversé », constate Emmanuel Zittoun, directeur France de Pharmathek. Pas question pour autant de négliger la « base arrière », au risque de fragiliser l’officine tout entière. L’enjeu est évidemment réglementaire en ce qui concerne le stockage de produits de santé. Mais les implications sont aussi économiques. « On sous-estime les coûts cachés d’une mauvaise organisation », relève ainsi Jean-Pierre Demeyère, président de JCD Agencement.Philippe Lévy, dirigeant de Neopharma, le souligne, « le professionnalisme à l’arrière doit être à la hauteur de celui déployé au comptoir, pour une efficacité optimale en matière de délivrance ». La fonctionnalité reste ainsi l’enjeu clé ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...