Le Moniteur des Pharmacies n° 3099 du 17/10/2015
 

Édito

Laurent Lefort


Depuis le 20 juin 2015, les pharmaciens québécois peuvent prolonger une ordonnance, prescrire des médicaments lorsque aucun diagnostic n’est requis, et prescrire et interpréter des analyses de laboratoires. Et ce n’est pas fini. Ceux qui ont suivi une formation spécifique peuvent en plus ajuster une ordonnance ou substituer derechef un médicament en cas de rupture d’approvisionnement. Et ce n’est toujours pas fini. Mac Kesson, auquel appartient le groupement de pharmaciens propriétaires indépendants Proxim, profite habilement de cette situation où le pharmacien devient de plus en plus influent pour travailler d’arrache-pied sur l’observance avec un programme de renouvellements préautorisés. Quand le patient vient à la pharmacie, il est attendu, son ordonnance est déjà prête et le temps qui lui est consacré s’apparente à une consultation de suivi. Etre traité comme un coq ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...