Le Moniteur des Pharmacies n° 3093 du 05/09/2015
 

TÉMOIGNAGE

Dossier


Le 16 mars 2015 au matin, une vingtaine de gendarmes et un agent de la DGCCRF ont débarqué dans l’officine d’un pharmacien administrateur de l’UNPVO pour une perquisition. Avant de perquisitionner son domicile, de planter des piquets devant son officine pour signaler sa fermeture, de l’en sortir menottes aux poings, de le placer en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie de Saint-Etienne, de l’interroger (son équipe également) puis de le mettre en examen et de le placer sous contrôle judiciaire… Quatre mois après, ce pharmacien reste traumatisé. « On n’en ressort pas indemne. Pendant la garde à vue, j’ai refusé de parler, de boire et de manger. J’y pense sans cesse. L’angoisse monte à chaque fois lorsque je me penche sur mon dossier d’accusation. Je le referme aussitôt tant ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...