Le Moniteur des Pharmacies n° 3087 du 04/07/2015
 

Comptoir

QUESTIONS DE COMPTOIR

Yolande Gauthier*, Denis Richard**, Alexandra Blanc***


Réponse : Son avis est peu nuancé. Le traitement hormonal substitutif (THS) associe généralement : – un estrogène (17-bêta-estradiol, Œstrodose), qui pallie l’arrêt de production estrogène et soulage les symptômes climatériques ; – un progestatif, ajouté chaque mois (durant souvent les 12 ou 14 derniers jours du traitement estrogène) pour empêcher une hyperplasie endométriale estrogénodépendante (progestérone à 200 mg/j). Cette séquence peut être suivie d’une interruption pendant une semaine environ, au cours de laquelle survient une hémorragie de privation. Le THS peut aussi être administré sans cette interruption au prix d’un risque d’effets iatrogènes progestatifs. Le THS devrait être réévalué tous les ans. Il est prescrit à la posologie minimale utile et sur la période la plus courte possible : il est usuel de le suspendre au bout de 2 ans environ afin de voir s’il reste pertinent ou si ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...