Le Moniteur des Pharmacies n° 3086 du 27/06/2015
 

INTERVIEW
CHARLES JOSEPH-OUDIN, AVOCAT DE FAMILLES VICTIMES DE DÉPAKINE

Enquête


Combien de familles défendez-vous dans le cadre de ces plaintes pour « mise en danger d’autrui et non signalement d’effets indésirables graves » ?Une centaine de dossiers sont en cours de constitution. Il s’agit de femmes qui ont pris du valproate pendant leur grossesse et ont accouché d’enfants présentant des malformations et/ou des troubles neurodéveloppementaux. Dans l’immense majorité des cas, l’indication était le traitement de l’épilepsie mais il y a aussi quelques cas dans un contexte psychiatrique. Contre qui est dirigée la procédure ? Les plaintes déposées fin mai le sont contre X. Il y a vraisemblablement un concours de responsabilités. Le laboratoire est responsable de plein droit des effets indésirables qui apparaîtraient en cas de mauvaise information. Mais sa responsabilité et celle de l’ANSM devront être débattues. Il a fallu attendre mai 2015 pour que ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...