Le Moniteur des Pharmacies n° 3084 du 13/06/2015
 

ACQUISITION

Transactions

François Pouzaud

Lorsque l’on s’installe, il est conseillé de disposer d’au moins 20 % d’apport personnel pour financer l’acquisition d’une pharmacie. Mais rien n’empêche d’apporter plus que le minimum recommandé. Dans ce cas, est-ce opportun ?


Compte tenu des taux de rendement des marchés financiers, les candidats à l’installation peuvent s’interroger sur l’opportunité de majorer leur apport au-delà du minimum nécessaire, s’ils le peuvent. D’après les statistiques du groupement CGP, l’apport moyen est de 23 % du prix d’achat en 2014. « Cependant, la différence entre le prix d’acquisition et la valeur économique de l’officine, mesurée par le niveau de l’excédent brut d’exploitation, doit être le plus souvent financée par un apport personnel supplémentaire », rappelle Olivier Desplats, expert-comptable du cabinet Flandre Comptabilité Conseil (groupement CGP).Le montant de l’apport dépend donc du prix d’achat et de la rentabilité de l’officine par rapport à ce prix. Ainsi, les officines dégageant une rentabilité plus faible nécessitent un apport personnel plus élevé. Majorer son apport permettra mécaniquement d’emprunter moins et d’alléger les échéances ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...