Le Moniteur des Pharmacies n° 3078 du 02/05/2015
 

Dossier

François Pouzaud

L’intention un instant affichée par certains politiques d’autoriser la libre installation a soufflé le froid auprès des pharmaciens, installés ou pas. Mais cette proposition iconoclaste a eu le mérite de raviver le débat sur les moyens nécessaires au renouvellement de la profession. La prochaine loi de santé devrait permettre quelques avancées en ce sens.


En 2014, les piliers de la pharmacie ont été mis une nouvelle fois à rude épreuve. Mais ils ont résisté aux assauts des ministres de l’Economie Arnaud Montebourg et Emmanuel Macron qui ont tour à tour sonné la charge sur les professions réglementées. En ligne de mire : le maintien du monopole officinal, la liberté d’installation et l’ouverture du capital aux investisseurs étrangers. Face à la mobilisation massive du 30 septembre puis à la concertation qui a suivi entre les syndicats et les ministères de la Santé et de l’Economie, le gouvernement a fini par jeter l’éponge, annonçant, mi-octobre, la réintégration des mesures touchant l’officine dans le projet de loi de santé. Pourtant, lors des débats parlementaires, la vigilance reste de mise concernant l’ouverture du capital et les mesures de simplification des ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...