Le Moniteur des Pharmacies n° 3076 du 18/04/2015
 

Éditorial

Matthieu Vandendriessche


Ce n’est pas le médicament lui-même, mais son mauvais usage qui est la source du risque iatrogène survenant trop fréquemment dans la population des plus de 50 ans. Et c’est aussi ce mauvais usage du médicament qui soigne sa mauvaise image… Voilà ce qu’a relevé Patrick Errard, président du Leem(1), mardi dernier lors de la présentation à la presse de sa campagne de lutte contre l’iatrogénie chez les seniors (lire page 20).C’est d’abord aux patients qu’elle se destine. « Le risque médicamenteux, ce n’est pas forcément la surconsommation, les interactions ou les effets indésirables. C’est aussi l’oubli d’un médicament ou la confusion dans les prises », pointe le représentant des labos. Une enquête(2) présentée lors de cette conférence montre d’ailleurs que 21 % des seniors admettent oublier de prendre un médicament important et ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...