Le Moniteur des Pharmacies n° 3049 du 04/10/2014
 

NÉPHROPATHIE IMMUNOALLERGIQUE

Médicaments

Anne Drouadaine


Une étude de la Société de néphrologie de l’Ouest à paraître a mis en évidence la responsabilité de 4 classes thérapeutiques dans la survenue de néphropathies immunoallergiques : 24 cas sur 1 an, dont 33,3 % impliquaient les AVK, surtout la fluindione. Antibiotiques et AINS sont responsables chacun de 20,8 % des cas. Enfin, les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) causent 16,7 % des néphropathies. AVK et IPP sont apparemment à l’origine d’une atteinte rénale plus sévère. Les auteurs de l’étude recommandent donc la surveillance de la créatininémie entre la 2e et la 4e semaine après l’introduction d’un de ces médicaments chez les patients souffrant déjà d’une insuffisance rénale chronique.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...