Le Moniteur des Pharmacies n° 3044 du 30/08/2014
 

Éditorial

Laurent Lefort


Le départ d’Arnaud Montebourg n’est pas une mauvaise nouvelle pour la profession. Pour les raisons qui ont tant agité les pharmaciens ces derniers jours. Et pour d’autres moins visibles. Un exemple ? Il fallait les signatures de trois ministres (Budget, Economie et Santé) pour l’arrêté que l’on attend toujours sur la fixation du plafond des remises génériques. L’un d’entre eux, selon certaines sources, se faisait tirer l’oreille pour sortir le stylo. Le départ de Benoît Hamon n’est pas non plus catastrophique. Ministre délégué à l’Économie sociale et solidaire et à la consommation dans le gouvernement Ayrault, il avait déjà les professions réglementées dans le collimateur, allant jusqu’à affirmer que les Français « se cognaient à d’authentiques chasses gardées ».L’arrivée à suivre, c’est désormais celle d’Emmanuel Macron. Celui qui succède à Arnaud Montebourg s’est ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...