Le Moniteur des Pharmacies n° 3044 du 30/08/2014
 

ANTICANCÉREUX INHIBITEURS DE TYROSINE-KINASE

Médicaments

Marjolaine Labertonière


Un article du Lancet Oncology de juillet détaille les nombreuses interactions pouvant se produire avec les anticancéreux inhibiteurs de tyrosine-kinase (ITK). Cette famille, qui cible le système enzymatique des cellules cancéreuses, est de plus en plus prescrite car elle permet une prise orale en ambulatoire. Une quinzaine de spécialités sont commercialisées en France (Caprelsa, Glivec, Jakavi, Tarceva, Zelboraf, etc.), dont les DCI ont une terminaison en « nib ». Les interactions peuvent être classées en trois grandes catégories : – absorption perturbée par baisse de l’acidité gastrique lors d’un traitement par IPP, anti-Hi2 ou antiacide. En favorisant la forme non ionisée et moins soluble des ITK, une augmentation du pH diminue leur biodisponibilité ;– modification du métabolisme par les inhibiteurs de CYP3A4 (certains antifongiques, pamplemousse) ou par les inducteurs de CYP3A4 comme certains anti-infectieux (rifampicine), l’enzalutamide (Xtandi), certains ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...