Le Moniteur des Pharmacies n° 3041 du 12/07/2014
 

LANGUEDOC-ROUSSILLON

Actualités

Myriem Lahidely


En créant Vigipharm en 1998, Caroline Navarre voulait faire sa place dans un secteur plutôt fermé à l’époque, la pharmacovigilance. « Je suis “tombée dedans” lors d’un stage d’internat en pharmacie hospitalière à Paris, au centre Fernand-Widal » explique cette pharmacienne, diplômée à Montpellier. « J’ai toujours aimé les enquêtes policières, la pharmacovigilance c’est un peu pareil, c’est une passion. » Après plusieurs années de vacation, elle s’est jetée à l’eau, et la petite entreprise qu’elle a lancée seule, emploie aujourd’hui 21 personnes. Elle travaille pour des laboratoires nationaux, grands et petits, qui lui délèguent cette partie, ponctuellement ou plus globalement. L’équipe de « pharmacovigilants », constituée de sept pharmaciens et médecins, se charge d’évaluer des cas soumis pour définir la relation causale entre médicaments et effets indésirables, d’étudier les signaux, les alertes, de donner des ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...