Le Moniteur des Pharmacies n° 3039 du 05/07/2014
 

Débat

Caroline Coq Chodorge

La France rejoue-t-elle un mauvais feuilleton ? Certains médicaments biologiques ont ou vont prochainement perdre leur brevet et seront concurrencés par des copies légales, les biosimilaires. Comme les génériques, ils sont source d’économies pour l’Assurance maladie. Mais la comparaison s’arrête là.


Un médicament biologique est un produit complexe dont la substance active est produite à partir d’une source biologique, donc vivante. Les biosimilaires sont soumis à une législation spécifique et bien plus contraignante que les génériques de médicaments chimiques. Ils suivent des règles de développement, de production et d’autorisation proches de leurs médicaments d’origine.Mais comme pour les génériques, le débat se cristallise autour de la sécurité de ces produits et sur la possibilité donnée aux pharmaciens de substituer. Très sensibles aux procédés de fabrication, les biosimilaires auront-ils la même efficacité que les médicaments biologiques d’origine ? Est-il utile et sûr ­d’accorder un droit de substitution au pharmacien, comme le prévoit l’article 47 de la loi de financement de la Sécurité sociale (LFSS) 2014, dont les textes d’application sont toujours attendus. Le décret ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...