Le Moniteur des Pharmacies n° 3031 du 10/05/2014
 

DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU (DPC)

Actualités

Loan Tranthimy

Dans son rapport de 120 pages, l’IGAS a énuméré tous les maux dont souffrent le DPC et son pilotage par l’organisme gestionnaire (OGDPC), et détaillé les pistes de réforme.


Outre les « vices de conception » (contenu des formations imprécis, sanction du manquement non organisée), les inspecteurs ont insisté sur deux dysfonctionnements. Le premier porte sur le financement du dispositif, clairement insuffisant. L’enveloppe allouée pour les neuf professions concernées s’élève à 155 millions d’euros en 2013. Or pour pouvoir former l’ensemble des professionnels comme prévu à terme, il en faudrait 565 millions d’euros. Le deuxième concerne le fonctionnement même de l’OGDPC. Si les inspecteurs ne relèvent pas de « manquements graves de la part de l’organisme », ils critiquent le choix du tout informatique qui rend l’inscription du professionnel difficile et des retards de paiement importants des professionnels de santé. L’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) pointe aussi du doigt des situations de conflit d’intérêt de nombreux membres des Commissions scientifiques indépendantes (CSI), ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...