Le Moniteur des Pharmacies n° 3031 du 10/05/2014
 

Enquête

Ces dernières années, le durcissement de la conjoncture économique se manifeste dans les domaines les plus inattendus. Les essais cliniques n’y échappent pas, identifiés comme des sources de gains potentiels par des personnes en difficulté financière, au chômage ou cherchant simplement à compléter leur niveau de rémunération.


L’appât du gain est parfois plus fort que la peur chez certains volontaires sains, dérives à la clé. « Certains frontaliers sont susceptibles de multiplier les essais en se rendant en Belgique ou en Suisse… », admet Jean-Pierre Duffet, adjoint au directeur du Centre national de gestion des essais de produits de santé. « On est loin de la mentalité nordique où le fait de participer à des essais est considéré comme un acte civique, au bénéfice de la collectivité bien plus que de l’individu », note le porte-parole du CeNGEPS. Les étudiants en médecine et le personnel médical restent un vivier de choix avec l’avantage d’un « vécu dédramatisé du médicament, et d’une meilleure appréhension de leurs risques et de leurs effets », constate une jeune interne parisienne. Mais la démarche figure aussi parmi les ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...