Le Moniteur des Pharmacies n° 3027 du 12/04/2014
 

MENTIONS « NON SUBSTITUABLE »

Actualités

Loan Tranthimy


Pour savoir s’il existe une différence de perception entre généralistes et officinaux sur l’usage des mentions « non substituable » (NS), un généraliste toulousain a sondé les deux professions de sa région. Selon les résultats rendus publics lors du Congrès de médecine générale du 9 avril, il existe une « sous-estimation » de l’utilisation de la mention NS sur les ordonnances par les médecins : 5 % chez eux contre 15 % chez les pharmaciens. Pour expliquer la non-substitution, les médecins citent en premier la demande des patients. Les pharmaciens, eux, évoquent d’abord les mentions NS sur l’ordonnance puis la demande de leurs patients. L’analyse a porté aussi sur la volonté des professionnels de ne pas substituer plusieurs classes thérapeutiques (antihypertenseurs, antiagrégants plaquettaires, IPP…). Les réponses sont discordantes sur deux classes thérapeutiques : les immunodépresseurs et les antiagrégants plaquettaires. ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...