Le Moniteur des Pharmacies n° 3027 du 12/04/2014
 

BIOSIMILAIRES

L’événement

Loan Tranthimy

La loi de financement de la Sécurité sociale 2014 a autorisé la substitution des biomédicaments par les pharmaciens d’officine, à l’instar des génériques. Cette mesure contrarie les industriels qui ne voient pas là un signe positif pour développer le marché.


A l’heure où le gouvernement cherche des économies tous azimuts pour limiter le déficit public, la perte des brevets d’une dizaine de médicaments biologiques vedettes d’ici 2020 attise les convoitises et crée la polémique. Ces médicaments indiqués dans des pathologies lourdes comme le cancer, les maladies auto-immunes ou encore la dégénérescence maculaire liée à l’âge représentent à eux seuls un chiffre d’affaires (en PFHT) de près de 3 milliards d’euros par an (1,6 Md€ en ville et 1,3 Md€ à l’hôpital), soit plus de 10 % du marché pharmaceutique total.Différentes des médicaments chimiques couramment génériqués, les copies de ces biomédicaments sont appelées « biosimilaires », dont la définition, d’abord européenne, est intégrée l’article L. 5121-1 du Code de la santé publique. En France, l’arrivée des biosimilaires pourrait générer de 500 millions à 1 milliard d’euros d’économie ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...