Le Moniteur des Pharmacies n° 3023 du 15/03/2014
 

Éditorial

Laurent Lefort


Nous nous sommes délectés des lasagnes à la viande de cheval l’année dernière. Cette année, dégustons la dinde ou le poulet farcis aux bactéries antibiorésistantes*. Et pas pour faire semblant. Certaines bactéries retrouvées dans la volaille s’avèrent résistantes à des antibiotiques critiques, c’est-à-dire de dernier recours. Si l’engagement du ministère de l’Agriculture de réduire de 25 % la consommation d’antibiotiques dans les élevages d’ici à 2017, via le plan Ecoantibio, peut être louée, le refus de remettre en cause le découplage entre l’activité de prescription et la vente de ces médicaments peut, elle, se discuter. L’argument de la mise en danger économique des vétérinaires ruraux, à prendre bien entendu en considération, est au bout du compte discutable, puisque limiter ce découplage aux seuls antibiotiques n’affecterait que 15 % de leurs ventes. Comme le souligne ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...