Le Moniteur des Pharmacies n° 3020 du 22/02/2014
 

Comptoir

Questions de comptoir

Yolande Gauthier*, Nathalie Belin**


Réponse : L’inscription d’une substance sur la liste des substances vénéneuses – cas de la mélatonine (arrêté du 23 septembre 2011) – n’a pas d’incidence directe sur son emploi dans les compléments alimentaires. En effet, ceux-ci sont des denrées alimentaires et, à ce titre, doivent répondre aux obligations du droit alimentaire. Par ailleurs, les compléments alimentaires sont régis par une réglementation européenne, laquelle reconnaît 2 allégations de santé aux compléments alimentaires contenant de la mélatonine : soulager les effets du décalage horaire, à condition de délivrer 0,5 mg de mélatonine par prise, et réduire le temps nécessaire à l’endormissement, à condition de délivrer 1 mg de mélatonine par prise et d’être prise juste avant le coucher. La DGCCRF indique s’assurer en particulier que les compléments alimentaires qui contiennent de la mélatonine n’exposent pas à un risque pour ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...