Le Moniteur des Pharmacies n° 3013 du 21/12/2013
 

Comptoir

PATHOLOGIE


Plusieurs raisons peuvent expliquer la recrudescence hivernale de pathologies contagieuses par voie aérienne. La tendance au confinement dans des lieux peu ventilés augmente le risque d’infections croisées. De plus, les muqueuses nasales réchauffent l’air froid inspiré par un transfert d’eau à la température corporelle (d’où le « nez qui coule »). Ce transfert assèche le mucus. Ainsi, les virus et bactéries pénètrent plus facilement dans l’organisme. Cette sécheresse et l’augmentation de la concentration de polluants de l’air intérieur liée à une moindre aération irritent les voies aériennes, favorisant la recrudescence de récepteurs spécifiques aux Rhinovirus. Le froid ralentit en outre le déplacement des cellules -notamment immunitaires- et le mouvement des cils bronchiques. La réponse immunitaire est donc plus lente à se mettre en place. Enfin, les Rhinovirus sont d’autant plus résistants que ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...