Le Moniteur des Pharmacies n° 2712 du 19/01/2008
 

Témoignages

Faut-il s'efforcer de transmettre l'entreprise familiale à ses enfants pharmaciens ? Oui, répond sans hésiter Michel Watrelos, expert-comptable. Un regard extérieur et néanmoins averti des transactions officinales.


Avez-vous une idée de la proportion de transactions qui concerne des parents ? Contrairement à ce que l'on croit, elles sont très minoritaires, pas plus de 10 %. J'estime que lorsqu'un enfant a l'opportunité de reprendre l'outil professionnel familial, il y a fortement intérêt. Or, même quand ils ont la vocation, ils y rechignent souvent et c'est un tort. Ils pensent trouver mieux, avant, parfois, de revenir s'associer aux parents faute d'opportunité aussi intéressante. J'ai eu le cas d'un jeune qui ne voulait pas reprendre l'officine de maman et qui a changé d'avis avec un dynamisme remarquable : transfert dans la foulée, robotisation... Sa mère était si contente du passage de relais qu'elle a dit oui à tout ! Vous préconisez l'association entre un parent et son enfant plutôt qu'une vente ? Cela ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...