Le Moniteur des Pharmacies n° 2698 du 27/10/2007
 

PROFESSION

Actualité


Simone Laleix, Saint-Priest (Rhône)Le président de la République brûle d'envie de casser le monopole, de concentrer le réseau. Il espère récupérer l'argent qui stagne dans les pesanteurs des professions administrées. Nous risquons de passer d'un monopole de lieu (l'officine) à un monopole de délivrance (du pharmacien). Si en plus l'ouverture du capital se concrétise, le marché sera tenu par des structures capitalistiques organisées sur tous les services à la population. Ces puissantes « cliniques du médicament » négocieront des prix extrêmement bas auprès des laboratoires. Martine Nouyrit, Jallais (Maine-et-Loire)C'est inéluctable, la GMS lorgne depuis longtemps sur le médicament. La première année, elle demandera aux laboratoires quels prix ils peuvent lui consentir, la deuxième année, elle dictera ses conditions et, la troisième, elle fera fabriquer ses médicaments à l'étranger. Comme toujours, l'officine ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...