Le Moniteur des Pharmacies n° 2697 du 20/10/2007
 

MANAGEMENT

Entreprise

Mêler affaire et sentiments, est-ce bien raisonnable ? Si la pratique est courante, elle est périlleuse et ne s'improvise pas. Cela impose de fixer, au préalable, des règles strictes sous peine de voir l'existence même de son entreprise menacée. Mode d'emploi et témoignages.


Mari et femme dans la vie, associés au comptoir : la gestion d'une affaire en tandem est monnaie courante chez les pharmaciens, mais aussi, plus généralement, dans les très petites entreprises. Ainsi, en 2005, 49 % des entrepreneurs indépendants (soit 582 000) et 65 % des sociétés commerciales ont recours à l'appui de leur conjoint pour gérer leur entreprise au quotidien (source : ministère des PME, 2005). Dans la plupart des cas, ces conjoints sont une aide précieuse. « Ils tiennent la comptabilité, répondent au téléphone, gèrent les achats. Il s'agit d'un travail non négligeable, que l'on estime à quelque six heures par jour », indique Annie Deudé, présidente d'ACTIF, la fédération des Associations de conjoints de travailleurs indépendants de France (voir ci-dessous). Dans les officines, la part du conjoint ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...