Le Moniteur des Pharmacies n° 2691 du 08/09/2007
 

POLITIQUE DE SANTÉ

Actualité

Le mot qui fâche quand on ne s'y attend pas. Nicolas Sarkozy a qualifié la profession de « rente de situation » en jugeant ses barrières réglementaires trop fermées. De quoi redouter le pire ?


Augmenter la concurrence n'est pas une question d'idéologie. Il s'agit d'un côté d'accroître le pouvoir d'achat des Français en faisant baisser les prix, et de l'autre de permettre le développement d'activités qui sont aujourd'hui bridées par des réglementations obsolètes et contre-productives [...]. Il faut supprimer les barrières qui existent dans différentes professions réglementées. On va aller encore plus loin : il faut mettre fin à des rentes de situation que rien ne justifie aujourd'hui [...]. Des pharmaciens, des notaires ou des avoués et je vois immédiatement trembler : mon Dieu, vous allez vous mettre des gens à dos ! » Ultralibéralisme à l'horizonC'est à l'occasion de l'installation de la commission sur la libération de la croissance que le Président de la République a prononcé ces mots. Le même Nicolas Sarkozy ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...